Le « Testament » et le « Bon sens » ne sont pas de Meslier

 

Le « Testament de Jean Meslier » et le « Bon sens du curé Meslier »

… ne sont pas de Meslier !

Sur les écrits de Meslier, il est une erreur à laquelle ce début de XXIe siècle laisse encore trop souvent cours. 

Le « Testament de Jean Meslier » et le « Bon sens du curé Meslier »

Livre : Le Testament du Curé Mesler

Livre : Le Testament du Curé Mesler

Livre: Le Bon Sens

Livre: Le Bon Sens

Trop souvent, l’on présente comme étant un abrégé ou des extraits du Mémoire de Meslier le texte – déiste ! – que Voltaire a compilé et en partie rédigé sous le nom de Testament de Jean Meslier.

Trop souvent, l’on attribue à Meslier l’œuvre athée anonyme d’Holbach que l’on a, après lui, intitulée le Bon sens du curé Meslier.

Et trop souvent, l’on trouve, chez l’un ou l’autre bouquiniste, ces deux textes réunis en un seul volume. Curieusement réunis d’ailleurs, puisque le lecteur dispose de deux textes dont l’un est athée (le Bon sens) et l’autre déiste (le Testament) !

 

Les sites Internet, de qualité fort inégale, où il en est question s’ils offrent des éléments de connaissance de Meslier, renferment parfois aussi beaucoup d’erreurs dont certaines sont de taille.

 

Meslier  par Rudolf Charles au XIXe siècle

 LIVRES sur Meslier  Rudolph CharlesLe texte, complet cette fois, de son Mémoire est bien reproduit sur « Google Books » sous le titre de Testament (recherche sous « le Testament de Jean Meslier »), mais il n’est celui d’aucun des trois manuscrits autographes de Meslier conservés à la Bibliothèque nationale de France (BnF). Il est la reproduction du texte édité en 1864 par le libre-penseur hollandais Rudolf Charles sur base d’une copie non autographe du Mémoire (écrite à partir d’un quatrième manuscrit malheureusement perdu qu’a rédigé Meslier) et présente en conséquence des différences avec les trois manuscrits autographes retrouvés. Hervé Baudry-Kruger  l’a réédité  en 2007 (voir photo ci-contre) très scrupuleusement en y faisant figurer en annotation les différences qu’il y a trouvées avec l’un des manuscrits autographes de Meslier .

 Exception faite de ce texte assez fidèle d’un copiste publié par Rudolf Charles, les œuvres attribuées à Meslier que l’on peut lire « dans le texte » sur le Net ne sont pas de lui, y compris sur le site pourtant universitaire de l’UQAC (Université du Québec à Chicoutimi) qui numérise, non le Mémoire de Meslier, mais l’Extrait tronqué et dénaturé qu’en a proposé Voltaire 1.

 

Le Mémoire de Meslier mutilé part Voltaire

 On présente souvent cet Extrait comme le Mémoire intégral et originel lui-même de Meslier, alors que Voltaire en mutile et falsifie le propos puisqu’il fait, dans sa présentation même, passer le théoricien fondateur de l’athéisme pour un déiste « voltairisé », utilisant exclusivement Meslier comme une arme dans son propre combat contre l’Église et le christianisme, et en excluant méticuleusement les démonstrations athées, matérialistes, communistes et révolutionnaires – c’est-à-dire l’essentiel de ce par quoi Meslier innove !

 Comme nous le disions, cette mutilation voltairienne du Mémoire de Meslier est par ailleurs souvent assortie, en un même ouvrage, sous forme de publications qui ont circulé et circulent encore tant en versions livresques que virtuelles du Bon sens du curé Meslier, une œuvre athée d’Holbach au titre fallacieux en fait qui, en conséquence, n’est nullement celle de Meslier.

 

Seul le texte du Mémoire publié pour la première fois en 1970-1972 2, assorti de ses « lettres aux curés du voisinage » et de son Anti-Fénelon (ses notes marginales à la Démonstration de l’existence de Dieu de Fénelon, dont des copies reprenant ses annotations ont circulé au XVIIIe siècle et nous sont parvenues), sont de la plume de Meslier. Le site des « Amis de jean Meslier » se référera donc exclusivement à ces textes.

 

 

Les portraits fantaisistes de Meslier

 

Notre site consacré à faire connaître Meslier ne reproduit aucune image représentant son visage.

On trouve cependant ça et là sur Internet, au hasard des sites où il est question de lui, quatre ou cinq portraits qu’on lui attribue. Ils sont tous, comme le disait Maurice Dommanget en 1965, où l’on en découvrait déjà quelques-uns sur l’une ou l’autre brochure imprimée, « pure fantaisie 3 ». Il n’y a en fait aucun portrait véritable du curé d’Étrépigny, raison pour laquelle nous n’en reproduisons aucun ici.

Et pourtant, les révolutionnaires de 1791 ont voulu statufier Meslier.

 

Un décret non abouti pour cause de bouleversement politique

Un décret non abouti pour cause de bouleversement politique

1. http://classiques.uqac.ca/collection_documents/meslier_jean/testament/testament.html

2. Œuvres de Jean Meslier, édition animée et coordonnée par Roland Desné, Paris, Anthropos, 1970-1972, 3 tomes.

3. Le curé Meslier, athée, communiste et révolutionnaire sous Louis XIV, Paris, Julliard, 1965, p. 540.